you are the best food for me.


Hortensia
1 août 2014, 12.13
Filed under: Français

J’en trouve pas des histoires à raconter l’Irlande c’est _beau_ rien ne se passe mal, rien n’est brisé. Alex j’ai pas envie de lui crier après ni de m’en débarrasser. Pas d’histoires à raconter que des images à décrire comme la falaise et le phare et le vent et à chaque fois vaut mieux imaginer une falaise et un phare (rayé noir et blanc, avec une clôture rouge dans le haut, contraste) et du vent parce que je me sens trop peu adéquate pour les décrire parce que l’imaginaire s’en charge bien mieux que moi. Fermer les yeux; imaginer un ciel gris, couvert (altostratus, cirrocumulus), un vent du nord-ouest qui fait danser le blé dans les champs. Les yeux toujours fermés, imaginer une tente verte (tante Jeanne), petite mais grande, plantée dans un champ. Ajouter des vaches (langue rugueuse). Un mur de pierre (gris), tellement vieux que le lichen (vert, jaune) ne détonne même plus. Garder les yeux fermés; la mer. Ajouter évidemment une étendue d’eau juste assez agitée pour que le bruit des vagues corresponde exactement à un bruit de vagues. Ne pas oublier le bruit du vent, la tente qui s’agite un peu. Le soleil se couche (les couleurs du ciel s’assombrissent: rose à l’ouest: vers les champs), une lumière s’allume dans la tente. Le phare éclaire la mer à intervalles irréguliers. Le soleil disparaît; odeur de cuisine; dans le ciel Cassiopée Grande ourse Dragon.

Lire Joyce emprunter de la ponctuation à Joyce aimer Joyce.

 

Publicités





Commentaires fermés